• Conduite handicap
    • Auto-école
    • Handi Equipements
  • Réalisations
  • FAQ
  • Contact
  • Evaluez nous sur Trustpilot
  • Blog handiconduite

Voici quelques semaines, la championne de paratriathlon Gwladys Lemoussu, tout juste de retour de Yokohama (avec une médaille en or !) nous rendait visite à Jallais.

Lors de cette journée, nous lui avons présenté notre projet de nouvelle télécommande au volant, en cours de développement. En tant que conductrice en situation de handicap, sensible à l’ergonomie, mais aussi au design, le regard de Gwladys a été très enrichissant. Malgré les contraintes et les gestes de prévention, toute l’équipe a pu rencontrer Gwladys et discuter avec l’athlète à propos de notre entreprise, de ses entraînements, de nos futurs défis sportifs (mais chut…).

Cette visite, riche en partages, échanges et sourires, fut également l’occasion de monter en voiture avec Gwladys !… et de recueillir quelques confidences. Heureusement, la caméra tournait 😉

 

Évidemment, il a été question de voiture et de handicap

 

Née avec une agénésie du bras gauche (suivie d’une amputation en dessous du coude), Gwladys Lemoussu a toujours voulu faire comme tout le monde, ou plus exactement, faire ce que tout le monde peut faire, même si c’est différemment ! Pour la jeune femme, passer son permis de conduire était donc une évidence. Son seul véritable obstacle fut de trouver une auto-école adaptée handiconduite : « j’ai dû faire 30 kilomètres pour trouver une auto-école avec un véhicule aménagé ». Mais Gwladys n’est pas du genre à baisser les bras (on se permet de lui piquer ses blagues ! 😉 ). Déjà toute petite, elle voulait démontrer qu’elle était capable de tout faire, « surement pour effacer le handicap » comme elle le confie. Notamment à travers le sport :
Quand, à l’école, on nous demandait de jouer au basket et de dribbler à deux mains, je faisais comme je pouvais mais je le faisais ! Et en vrai, je voulais toujours être la première ! 

 

Prouver aux autres, se prouver à soi-même….

 

Être capable de, pouvoir, réussir à… Cette volonté, cette détermination, a fait de l’enfant une championne de triathlon. Nous lui avons demandé ce qui était le plus important à ses yeux : se prouver à soi-même ou aux autres ? « Enfant, je voulais prouver de quoi j’étais capable à moi-même, et aux autres aussi. Je voulais qu’on me considère comme une personne à part entière avant tout. Mon handicap, certes, c’est quelque chose en moins, mais ça n’empêche pas de faire les choses. Le handicap est une différence, et on est tous différent dans la vie !, donc je voulais en faire une force et finalement l’effacer ».

 

Cap sur les Jeux Olympiques de Tokyo !

 

Être une femme, handicapée, dans le sport de haut niveau… « C’est difficile ! Mais avec le temps, ça évolue vraiment ! Les jeux de Londres 2012 ont eu un impact très bénéfique pour l’handisport ». Après sa médaille de Bronze décrochée aux JO de Rio, Gwladys Lemoussu a hâte d’être sur la ligne de départ des JO de Tokyo.
C’est l’aboutissement de 4 ans, 5 ans maintenant, de travail et j’ai envie d’en découdre !  
Gwladys s’entraîne tous les jours, deux fois par jour, soit 20 à 30 heures par semaine. Pour elle, il n’y a pas de secret, un sportif qui prépare les jeux doit avoir le mental, pouvoir s’acclimater (à la chaleur et à l’humidité du climat japonais) et… travailler ! « Et pour tout cela, il faut de la motivation… toujours, tous les jours, pour parfois renoncer à de bons moments avec des amis ou aller s’entraîner même s’il pleut ». Tout ce travail, ces sacrifices, visent bien sûr un objectif… une médaille ! Nous avons demandé à Gwladys dans quel état d’esprit elle était à quelques jours des JO. « Un peu comme à Rio, je ne suis pas en position de leader, plutôt outsider mais c’est un rôle qui me convient très bien. Je préfère être un peu en retrait et le jour J montrer de quoi je suis capable ! Le but étant cette année de faire mieux même si je sais que ça va être difficile. A Rio, on ne m’attendait pas et j’ai fait 3e… Là, j’espère qu’on ne m’attend toujours pas et que je pourrais faire – on va dire – un hold-up ! passer la ligne d’arrivée avec une jolie breloque ! »

C’est évidemment tout le bonheur que l’équipe Sojadis souhaite à Gwladys ! Allez, go Gwladys, go, Rio to Tokyo !

 

 

Découvrez l’intégralité de l’échange avec Gwladys… et en bonus, vous saurez quelle musique motive et donne envie de danser à notre championne préférée 😉

  • Les informations ne vous ont pas été utiles. Vous pouvez nous soumettre une question pour la FAQ qui répondra davantage à vos attentes.

Pin It on Pinterest